Lesbiennes of color : y’a de quoi RALer !

Créée en 2009, l’association Lesbiennes of color (LOCs) regroupe des féministes lesbiennes originaires d’Afrique, des Amériques, des Antilles, des Caraïbes, du Moyen-Orient et d’Asie. Dans l’interview qu’elles ont accordée à Yagg, Moruni et Sabreen, deux des fondatrices des LOCs présentent les objectifs de l’association, expliquent pourquoi elles ont adopté un activisme radical et présentent aussi leurs actions militantes, solidaires et festives.

_____________________

_____________________

Le groupe LOCs est un espace qui s’inscrit dans une démarche intellectuelle, politique et militante de lesbiennes portant leurs connaissances individuelles et collectives. Riches de ces expériences, nous, Espace LOCs, avons souhaité partager et transmettre ces expériences à d’autres lesbiennes « of color » en France et ailleurs. Retracer cette mémoire c’est aussi raconter ces groupes qui ont porté des analyses et des réflexions sur l’invisibilité des lesbiennes « of color », qui ont questionné le racisme, qui ont tenté la construction d’un espace à soi. Mais l’espace lesbien féministe français, lui, n’a jamais réellement pris conscience de ces enjeux maintenant un désintérêt de traiter de l’invisibilité des lesbiennes « of color » et, de facto, du racisme ainsi que de nos espaces. C’est dans ce travail de transmission que le devoir de mémoire s’impose pour comprendre d’où nous venons, comment nous évoluons et ce que nous créons.

___________________

Années 70. Coordination des Femmes noires : en mai 1976 un groupe de femmes voit le jour  composé principalement d’Africaines et de certaines Antillaises qui les avaient rejointes. En juillet 1978, la Coordination des femmes noires publiait sa première brochure et était connue dans le mouvement des femmes en France. A la tête de Coordination, la sénégalaise Awa Thiam auteure de « La parole aux négresses » édité en 1979, farouche opposante à l’excision et africaniste, militant pour une réflexion féministe sur l’Afrique avec d’autres femmes Maria Kalalobé, Epoupa Mizipo, Béatrice N’Goma, Gerty Dambury…Rappelons que certaines de ces femmes étaient proches de branches politiques de Gauche. Comme Maria Kalalobé proche de Révolution, organisation d’extrême gauche qui avait une branche Révolution Afrique ; ou encore Gerty Dambury (antillaise) qui a participé au mouvement des femmes par son engagement politique dans le mouvement étudiant (1974-75) contre les lois Debré qui voulait réduire le nombre des étudiants étrangers.

[...] lire la suite.

Années 90/2000. Le Groupe du 6 novembre : un groupe politique non mixte voyait le jour en novembre 1999 grâce à la rencontre de lesbiennes dont l’histoire était liée à l’esclavagisme, à l’impérialisme, aux colonisations, aux migrations forcées, celles qui sont désignées dans les pays anglo-saxons sous le générique de « lesbians of color ». Le groupe avait adopté une démarche radicale optant pour le principe de la non-mixité (décliné à différents niveaux), afin de permettre que se développe un espace d’échange, de réflexion, d’analyse portant sur les oppressions multiples produites par des structures hétéropatriarcales, sexistes, lesbophobes, et/ou racistes, classistes …

[...] lire la suite.

Années 2000. Les N’DéeSses crée en 2001 est un collectif de lesbiennes arabes ou de langues et de culture arabes, vivant en terres natales ou en terres d’exil. Ce collectif a été le fruit d’échanges entre des maghrébines lesbiennes féministes depuis la France et l’Algérie. Le collectif était à l’image du combat quotidien des lesbiennes arabes, maghrébines là où elles vivaient, en exil ou au pays natal pour faire entendre leur voix.

Pour réaliser en partie ces objectifs, le collectif de N’Déesses a créé le site, Sehakia (lesbienne en arabe) en 2002. Le site a été conçu comme un outil de diffusion des productions intellectuelles, culturelles des lesbiennes et femmes arabes, comme un outil d’information qui couvre un large éventail : du juridique aux choses pratiques pour servir d’interface pour les lesbiennes et femmes en situation critique.

[...] lire la suite.

Groupe LDR (lesbiennes contre les discriminations et le racisme) : créé en 2005. Le groupe LDR (Lesbiennes contre les discriminations et le racisme) est né en novembre 2005 à l’initiative d’une lesbienne féministe africaine. Très vite il regroupes des lesbiennes féministes franco-françaises et des lesbiennes « of color » pour lutter contre toute forme de racisme et de discrimination au sein de la communauté lesbienne en France et au delà des frontières.

Les LDR revendiquaient une posture politique féministe radicale : des lesbiennes conscientes des différences et des diversités qui nourrissent notre monde de Lesbiennes ici et ailleurs ; et que, trop souvent, cette diversité était quasiment absente lors des occasions festives et militantes qui concernent les femmes et les lesbiennes. Les LDR avaient besoin d’un espace politique et solidaire qui puisse leur permettre de se confronter, de s’épanouir et de s’ affranchir de toute reproduction hétéro-patriarco-dominante-uniforme et unicouleur. Elles exigeaient plus de visibilité de ces différences et des diversités à tous les niveaux (dans tous les domaines) que les Lesbiennes occupent : films, musique, art, sport, débats, livres, la culture en générale…bref, partout.

[...] lire la suite.

___________________

Foot For Love

Dimanche 24 juin, dans le cadre du tournoi b.yourself du Paris Foot Gay, les clubs des Dégommeuses et du Thokozani FC se sont affrontés au Parc des Princes. Le point d’orgue de la semaine contre les discriminations Foot For Love, dont Yagg est partenaire. Plus d’infos sur http://footforlove.yagg.com

Une réponse à Lesbiennes of color : y’a de quoi RALer !

  1. Martine dit :

    J’aimerais recevoir l’ infolettre et d’ autres informations connexes. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>