Les recettes de bonhommes qui me poussent à m’aigrir

Sans titre

Les appels saisonniers aux régimes n’ont qu’un but : détruire les femmes.

* Destruction physique.
Souvent dramatique : une sous-nutrition que l’on retrouve dans tous les patriarcats (cf. Paola TABET, La construction sociale de l’inégalité des sexes; ou Elena GIANINI BELOTTI : Du côté des petites filles). Imposée par des méthodes masculines adaptées, chaque fois, à la culture. Par exemple, dans une culture de l’ « individu libre de ses choix », les hommes fabriquent une propagande multimillionnaire (les secteurs médias & beauté sont trustés par les hommes) pour expliquer aux femmes qu’elles sont libres de faire le choix entre
1) être imbaisable (par eux) car capitonnée, difforme, vieillissante, boutonneuse, à problèmes, bref, défectueuse par nature
ou
2) être regardable voire bandante car affamée, squelettique, au regard vague et à la bouche ouverte comme absente ou morte, jeune, imberbe … bref, fragile voire cadavérique et immature donc utilisable, manipulable et jetable.

* Destruction mentale.
Les femmes sont bombardées d’injonctions et d’insultes – feuilletez un magazine et repérez le nombre de fois où ils noues dénigrent ou affichent leur dégoût pour notre corps, photos en gros plan à l’appui. Et en même temps ces injonctions sont totalement contradictoires. Résultat, les femmes sont obnubilées par ça mais elles ne peuvent rien faire pour y remédier.
Les hommes, par leur propagande médiatique, faite de promesses publicitaires et de mensonges d’experts** (en dermatologie, en psychologie, en sexologie, en nutrition, etc.), parviennent à créer chez noues un sentiment presque indéracinable d’ »imperfection ». Non pas de celle que ne peuvent souffrir les dieux. Non. « Imparfaite » au sens de « défectueuse ». De ce défaut de fabrication propre aux stigmatisé-e-s. Noues noues percevons insuffisantes, illégitimes, inabouties, de trop ou jamais assez … Ce fond d’insécurité est fait de dévalorisation et de haine, et il est la conséquence normale d’un stigmate, celui de naître femme dans un monde fait par et pour les hommes.

cliquer sur la photo pour accéder à l'enquête ''Projet mondial de monitorage des médias''

Mise au régime des opprimées, victoire totale des dominants :
1) affaiblissement physique, fatigabilité, maladies chroniques (ostéoporose, anémie, etc.). Cela leur permet de noues utiliser au long court car noues sommes plus épuisées qu’eux (en dehors même de la surexploitation qu’ils noues imposent). Mais surtout, en cas de rapport de force (au plan du boulot ou plan conjugal ou au plan sexuel) ils s’assurent d’avoir le dessus (car eux pendant ce temps là, ils font du sport … de combat, ils mangent à l’aise balaise … des protéines).
2) dissociation psychique, avec auto-détestation, auto-observation permanente, insécurité profonde, rupture du circuit du plaisir et du désir et confusion morbide des besoins vitaux avec le sentiment de faute, ce qui détruit notre capacité à savoir intuitivement ce qui est bon pour noues et à agir en conséquence … bref, tout cela prépare un terrain idéal pour les violences masculines, en particulier sexuelles :
…. les femmes supportent les agressions de rue ou le harcèlement sur le lieu de travail nommées « drague » parce qu’elles se sentent reconnues, elles y trouvent une consolation voire une réhabilitation pour leur effort titanesque de masquer – ou pour les plus optimistes « réparer » - les défauts profonds de leur être.
…. elles endurent les insistances du petit copain jusqu’au viol (céder pour faire plaisir, simuler pour écourter ou faire semblant de participer) parce qu’elles ne savent plus ce qui est bon pour elles ou s’il ne faudrait pas faire des efforts pour ressentir un désir ou avoir du plaisir ou si elles pourront supporter la moindre rétorsion affective de sa part (chantage affective, bouderie, simulacres d’abandon, abandon).
… etc.

Witches

Quelques rappels de bon sens:
* Manger, c’est bon pour la santé.
* Manger noues maintient en vie et noues rend vivante.
* Prendre plaisir à manger, c’est prendre plaisir à se sentir en vie et c’est s’accorder le droit de l’être.
… C’est la raison pour laquelle le pouvoir viril produit des experts et des magazines dédiés à téléguider notre rapport à l’alimentation. Les militant-e-s voient comment les multinationales détruisent les rapports de bon sens des paysan-ne-s ou des consommateurs-trices avec l’alimentation; il est temps de le voir aussi pour les femmes.
* Ne pas savoir interpréter ou ne plus trouver en soi les sensations d’envie, de plaisir, de satiété, est un signe de dissociation. Lire des recettes d’expert n’arrangera ni la dissociation ni l’amour de soi vivante.
… Il faut plutôt rééduquer les circuits de désir et de besoins, en se centrant sur soi, en cherchant à rétablir ces sensations. Pour les règles extérieures à soi, il vaudra mieux se référer aux codes sociaux qui valent pour les hommes, plus fiables car destinés aux dominants dans chaque société : heures de repas, régimes culturels (saisonniers, régionaux, coutumiers), et adaptation à la corpulence et à l’effort (oui, oui, se baser sur les calculs d’effort attribués aux hommes, car les calculs pour les femmes sont proprement mensongers : ils ne tiennent pas compte de l’exploitation sexiste, forcément, ni de l’énergie qu’il noues faut pour résister au quotidien aux agressions masculines; or il noues faut une énergie folle pour noues anesthésier et entretenir notre mémoire traumatique à coups d’amnésie, de clivages et de dénis, dériver nos colères sur noues ou d’autres femmes ou les étouffer … ).

___________

Lire Sheila Jeffreys Beauty and Misogyny : Harmful Cultural Practices in the West. Women and Psychology

___________

** à lire http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/fiches-de-synthese-5/article/l-image-des-femmes-dans-les-medias 

Voici les résultats d’enquête concernant la meilleure des « bonnes pratiques » observée chez l’un des 4 journaux féminins les plus « fortement impliqués dans une démarche de valorisation des femmes »

Sont soulignés les secteurs clés où les hommes gardent la main : économie, droit et sexualité, les piliers de leur pouvoir !

Les ''expertes'' chez Elle, modèle de ''bonnes pratiques''

Ce contenu a été publié dans arnaque, industries, masculinité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les recettes de bonhommes qui me poussent à m’aigrir

  1. Zahia dit :

    Bonjour,

    Autant je partage votre avis sur le régime et les injonction perpétuelles à « se faire belle » (parce que c’est bien connu les femmes ne peuvent être belles naturellement), mais je pense que, même si c’était à la base une stratégie du patriarcat pour maintenir les femmes sous la domination masculine, ce n’est (malheureusement*) plus le cas. Les hommes sont maintenant eux aussi soumis aux diktat de l’industrie de la mode et des cosmétiques : épilation, régime, etc. sont aussi des contraintes pour les hommes.

    * malheureusement car l’égalité devraient s’obtenir par le haut, et non par le bas.

    • binKa dit :

      bonjour
      ces injonctions ne sont nullement réversibles. Car s’il existe des incitations publicitaires (niches marketing qui prennent les hommes pour « consommateurs » de produits « esthétiques ») il n’existe pas du tout le facteur clef qui explique que les femmes recourent à la réparation (esthétique) de manière compulsive : ce facteur ce sont les violences, en l’occurrence sexiste.

      Votre amalgame entre le statut des hommes vis à vis de l’industrie de la beauté et celui des femmes est aussi immotivé et mensonger que l’amalgame du recours des bobo blancs aux « dreadlocks » avec la pratique des « soins » capillaires chez les Noir-e-s (presque tous les hommes noirs rasent leur cheveux mais les pratiques les plus destructrices, comme toujours concernent les femmes). Les blancs bobo sont réellement dans un rapport d’esthétique et de « message » personnel (formaté par le marketing évidemment, y compris faussement militant) adressé aux autres. Alors que les seconds sont dans une haine de soi, le rejet des stigmates « nègres » (lire là-dessus le magnifique poème de Léon Gontran Damas, ou entendre Malcom X, qui en hommes sexistes n’ont parlé que de l’expérience des hommes, mais ça donne une petite idée de ce qu’endurent les femmes).
      b.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>