Comment nous en venons à avorter (nos vies sexuelles) par Christine Delphy

En réponse à cette triste (et prévisible) nouvelle :

Les Françaises ont du mal à avorter, une constatation étonnante en 2013, 39 ans après la loi Veil qui a donné l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) aux femmes. Pour certains gynécologues-obstétriciens et certains hôpitaux, l’IVG, comme acte médical, n’est pas rentable. Une équipe de reporters de France 2 a enquêté pendant plusieurs semaines avec des témoignages de patientes déboussolées, stressées, ainsi que des médecins et le planning familial.

je reproduis l’article écrit en 2000 par Christine Delphy

(paru dans le journal Le Monde daté du dimanche 22 octobre 2000)

LE gouvernement a hésité à proposer au vote une réforme pourtant minimale de la loi de 1975 permettant l’avortement. C’est que l’opposition à l’avortement, ou plutôt à la légalité de l’avortement, est grande en ce pays. La tradition de l’hypocrisie s’y maintient : tout le monde le fait, mais personne n’en parle, comme c’était déjà le cas pour la contraception au début du siècle.

Les traditions rhétoriques se maintiennent aussi : c’est au nom du « caractère sacré » de la vie que, régulièrement, des éditorialistes demandent que l’avortement soit limité, qu’il reste un « dernier recours », craignent qu’il ne soit « banalisé ». Banal, il ne l’est pas, quoiqu’il soit très fréquent. Comment expliquer ce paradoxe ? Comme tous les paradoxes : les mêmes facteurs expliquent et sa fréquence et son caractère tragique.

Jamais la pression n’a été plus forte sur les femmes et les jeunes filles. La recherche du prince charmant, autrefois menée chastement, ne s’imagine plus sans moments torrides. Les publicités, au cinéma, ne présentent qu’une image du bonheur, du bien-être, de la normalité : un couple jeune en maillot de bain, en train de danser sur une plage tropicale les yeux dans les yeux. Que vendent-elles ? Du chocolat, du café, de la lessive, de la limonade ? On ne peut plus distinguer les pro-duits, tant les « arguments » de vente sont les mêmes : beauté, jeunesse et sexualité, voilà ce qu’on nous vend.

Pas n’importe quelle sexualité cependant. Ce qu’Adrienne Rich appelle la contrainte à l’hétérosexualité est plus contraignant que jamais. En 30 ans, l’âge moyen des premiers rapports a baissé de 20 ans à 18 ans, l’écart entre les filles et les garçons qui était de 4 ans a disparu. La révo-lution sexuelle est accomplie ; ses bénéfices pour les femmes continuent d’être discutés par les féministes : libération de tous et de toutes, ou réalisation du rêve masculin de libre accès à toutes les femmes ?

Selon Sheila Jeffreys (sociologue britannique), les sexologues des années 1920 ont réussi à impo-ser aux femmes non seulement le devoir conjugal mais l’obligation d’aimer ça, à redoubler l’injonction juridique d’une injonction psychologique beaucoup plus redoutable que la première, puisqu’elle joue sur l’aspiration à la « normalité » sociale et psychologique. Cette liberté sexuelle est-elle intéressante pour les femmes — et d’abord, est-elle la même pour les femmes et pour les hommes ? Non. C’est évident. La « révolution sexuelle » empêche les femmes de dire non, mais ne leur donne pas les moyens de dire oui. La définition de la sexualité n’a pas changé : la sexua-lité, c’est l’acte sexuel, et l’acte sexuel, c’est le coït hétérosexuel avec éjaculation de l’homme dans la femme, c’est-à-dire, de toutes les postures sexuelles, la plus fécondante — un héritage des premiers chrétiens qui n’est toujours pas mis en cause. (C’est cette définition qui permet à Bill Clinton de dire qu’il n’a pas eu de rapport sexuel avec Monica Lewinsky). Il n’existe pas de choix quant à la sexualité que l’on peut avoir, c’est cela, ou la déviance.

D’autre part, la contraception est toujours tabou. Sa publicité est interdite en France, il n’y a tou-jours pas d’éducation sexuelle à l’école, alors qu’il n’y en a guère à la maison. On prône le coït tout en maintenant sous le boisseau, même si on ne les interdit pas complètement, les moyens de se préserver de ses conséquences. Les Pères de l’Eglise, qui voulaient réserver l’oeuvre de chair à la procréation et interdire le plaisir, se réjouiraient : le double bind est complet.

Ils se réjouiraient plus encore de voir que ces conséquences d’une sexualité réduite à une expres-sion — pas la plus simple, ni la plus agréable — continuent de peser uniquement sur les femmes : c’est à elles que l’on demande de réfléchir, en même temps que de se « laisser aller ». Ce sont elles qui sont censées tenter de se « protéger », dès la plus tendre enfance, car c’est dès la plus tendre enfance que les pressions des pairs pour « qu’elles le fassent » s’exercent.

Notre société met l’accent sur le plaisir et sur le plaisir sexuel, sans s’affranchir ni des conceptions de la sexualité héritées de la culture judéo-chrétienne, ni du tabou sur la contraception de même provenance, et logiquement. Car, pour cette culture, tout acte sexuel non-fécondant était une forme de contraception, et banni pour cette raison. Les contradictions présentes dans l’ancienne société sont aujourd’hui exacerbées, et ce sont les femmes qui paient le coût de cette exacerbation.

On parle d’éthique et de respect de la vie à des jeunes filles catastrophées par une grossesse. En parle-t-on aux garçons qui sont au moins autant responsables ? Et pourquoi pas ? » Un enfant ça se fait à deux » quand un couple s’en dispute la garde, mais plus quand une jeune fille est enceinte ? Pourquoi la morale commune est-elle à géométrie si variable, sinon parce que l’intérêt de l’homme est toujours décisif, parce que c’est son choix qui règle non seulement sa conduite mais celle de toute la société, parce que la liberté des hommes continue d’être plus grande que celle des femmes, et surtout, de s’exercer au détriment de celle des femmes ?

Il est donc normal que les sociétés qui combinent, comme la France, pressions au coït et rétention sur la contraception, » révolution sexuelle » et inégalité des sexes, connaissent des forts taux d’avortement ET le condamnent. Tandis que les pays qui le permettent, dans des délais deux fois plus longs que les » audacieuses » 12 semaines proposées ici (Pays-Bas : 24 semaines), dans la même logique font de l’éducation sexuelle et contraceptive et connaissent des taux d’avortement beaucoup plus bas. Prendre le problème au moment où il débouche sur une crise : la grossesse non désirée, c’est ignorer (ou vouloir ignorer ?)qu’une crise se prépare de longue date. Vingt-cinq ans après la loi, encore 220 000 avortements par an ! Le sous-entendu est que, décidément, on ne peut pas faire confiance aux femmes. On leur donne un peu de mou et… hop ! elles en profitent pour avorter. Comme si c’était une partie de plaisir. Ce n’est pas une partie de plaisir. Cela n’a pas à être non plus la tragédie que l’on veut que l’avortement soit, qu’on fabrique avec un parcours du combattant humiliant et traumatisant.

Les adversaires de l’avortement ont réussi : les femmes arrivent aux centres d’IVG porteuses du discours attendu, et — c’est le pire — souvent sincèrement ressenti : pleines de remords et de culpabilité. Mais de culpabilité de quoi ? Ceux qui nous disent qu’il ne faut pas banaliser l’avortement, que veulent-ils dire ? L’avortement est un crime ou il ne l’est pas. Certes, la vérité, souvent, n’est ni toute blanche ni toute noire. Mais elle ne peut pas être si grise qu’on nous le dit : même avec tout le souci des nuances qu’on voudra, il faut se décider.

La société française ne veut pas se décider : c’est exprès qu’elle se maintient, dans sa majorité, dans une attitude ambivalente et ambiguë : « Ce n’est pas un vrai crime, mais c’est un acte très grave « . Non, assez ! Si les femmes pouvaient vraiment choisir leur sexualité — et choisir signifie : non seulement connaître les conséquences de ce qu’on fait, non seulement pouvoir se prémunir, mais aussi pouvoir refuser de le faire, mais aussi avoir le choix d’autres activités aussi satisfai-santes sur le plan personnel et aussi valorisées socialement — il y aurait peu ou prou d’avortement, car les activités fécondantes seraient effectuées en connaissance de cause et avec intention, et non dans l’affolement, l’ignorance et la contrainte du groupe ou du partenaire (15 % des femmes ont subi des actes sexuels forcés d’après les recherches de Brigitte Lhomond).

Mais ça, ce serait une société idéale et nous n’en sommes pas là ; nous en sommes à sauver nos vies menacées par des injonctions contradictoires. Et tant que cette société idéale où tous-toutes les individu-es seraient libres de leur sexualité ne sera pas réalisée, personne n’a le droit d’interdire ni de condamner, ni même d’émettre des réserves sur la nécessité vitale de l’avortement.

Quant à sa légitimité, dans cette société idéale, l’avortement serait rare, mais aussi légal que n’importe quelle autre opération, selon le principe du droit des gens à disposer de leur corps. C’est ce principe qui a inspiré la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis de ne limiter la possibilité d’avortement qu’au moment de la viabilité du foetus — au moment où il n’est plus un morceau indissociable d’un autre corps qui se trouve être celui d’une personne. Toute autre position doit rendre compte des raisons de refuser à la moitié de l’humanité ce droit imprescriptible, garanti par la déclaration universelle des droits humains — de l’homme (sic) en France — de 1948.

(paru dans le jour­nal Le Monde daté du dimanche 22 octobre 2000)

LE gou­ver­ne­ment a hésité à pro­po­ser au vote une réforme pour­tant mini­male de la loi de 1975 per­met­tant l’avortement. C’est que l’opposition à l’avortement, ou plu­tôt à la léga­lité de l’avortement, est grande en ce pays. La tra­di­tion de l’hypocrisie s’y main­tient : tout le monde le fait, mais per­sonne n’en parle, comme c’était déjà le cas pour la contra­cep­tion au début du siècle.

Les tra­di­tions rhé­to­riques se main­tiennent aussi : c’est au nom du « carac­tère sacré » de la vie que, régu­liè­re­ment, des édito­ria­listes demandent que l’avortement soit limité, qu’il reste un « der­nier recours », craignent qu’il ne soit « bana­lisé ». Banal, il ne l’est pas, quoiqu’il soit très fré­quent. Com­ment expli­quer ce para­doxe ? Comme tous les para­doxes : les mêmes fac­teurs expliquent et sa fré­quence et son carac­tère tragique.

Jamais la pres­sion n’a été plus forte sur les femmes et les jeunes filles. La recherche du prince char­mant, autre­fois menée chas­te­ment, ne s’imagine plus sans moments tor­rides. Les publi­ci­tés, au cinéma, ne pré­sentent qu’une image du bon­heur, du bien-être, de la nor­ma­lité : un couple jeune en maillot de bain, en train de dan­ser sur une plage tro­pi­cale les yeux dans les yeux. Que vendent-elles ? Du cho­co­lat, du café, de la les­sive, de la limo­nade ? On ne peut plus dis­tin­guer les pro­duits, tant les « argu­ments » de vente sont les mêmes : beauté, jeu­nesse et sexua­lité, voilà ce qu’on nous vend.

Pas n’importe quelle sexua­lité cepen­dant. Ce qu’Adrienne Rich appelle la contrainte à l’hétérosexualité est plus contrai­gnant que jamais. En 30 ans, l’âge moyen des pre­miers rap­ports a baissé de 20 ans à 18 ans, l’écart entre les filles et les gar­çons qui était de 4 ans a dis­paru. La révo­lu­tion sexuelle est accom­plie ; ses béné­fices pour les femmes conti­nuent d’être dis­cu­tés par les fémi­nistes : libé­ra­tion de tous et de toutes, ou réa­li­sa­tion du rêve mas­cu­lin de libre accès à toutes les femmes ?

Selon Sheila Jef­freys (socio­logue bri­tan­nique), les sexo­logues des années 1920 ont réussi à impo­ser aux femmes non seule­ment le devoir conju­gal mais l’obligation d’aimer ça, à redou­bler l’injonction juri­dique d’une injonc­tion psy­cho­lo­gique beau­coup plus redou­table que la pre­mière, puisqu’elle joue sur l’aspiration à la « nor­ma­lité » sociale et psy­cho­lo­gique. Cette liberté sexuelle est-elle inté­res­sante pour les femmes — et d’abord, est-elle la même pour les femmes et pour les hommes ? Non. C’est évident. La « révo­lu­tion sexuelle » empêche les femmes de dire non, mais ne leur donne pas les moyens de dire oui. La défi­ni­tion de la sexua­lité n’a pas changé : la sexua­lité, c’est l’acte sexuel, et l’acte sexuel, c’est le coït hété­ro­sexuel avec éjacu­la­tion de l’homme dans la femme, c’est-à-dire, de toutes les pos­tures sexuelles, la plus fécon­dante — un héri­tage des pre­miers chré­tiens qui n’est tou­jours pas mis en cause. (C’est cette défi­ni­tion qui per­met à Bill Clin­ton de dire qu’il n’a pas eu de rap­port sexuel avec Monica Lewinsky). Il n’existe pas de choix quant à la sexua­lité que l’on peut avoir, c’est cela, ou la déviance.

D’autre part, la contra­cep­tion est tou­jours tabou. Sa publi­cité est inter­dite en France, il n’y a tou­jours pas d’éducation sexuelle à l’école, alors qu’il n’y en a guère à la mai­son. On prône le coït tout en main­te­nant sous le bois­seau, même si on ne les inter­dit pas com­plè­te­ment, les moyens de se pré­ser­ver de ses consé­quences. Les Pères de l’Eglise, qui vou­laient réser­ver l’oeuvre de chair à la pro­créa­tion et inter­dire le plai­sir, se réjoui­raient : le double bind est complet.

Ils se réjoui­raient plus encore de voir que ces consé­quences d’une sexua­lité réduite à une expres­sion — pas la plus simple, ni la plus agréable — conti­nuent de peser uni­que­ment sur les femmes : c’est à elles que l’on demande de réflé­chir, en même temps que de se « lais­ser aller ». Ce sont elles qui sont cen­sées ten­ter de se « pro­té­ger », dès la plus tendre enfance, car c’est dès la plus tendre enfance que les pres­sions des pairs pour « qu’elles le fassent » s’exercent.

Notre société met l’accent sur le plai­sir et sur le plai­sir sexuel, sans s’affranchir ni des concep­tions de la sexua­lité héri­tées de la culture judéo-chrétienne, ni du tabou sur la contra­cep­tion de même pro­ve­nance, et logi­que­ment. Car, pour cette culture, tout acte sexuel non-fécondant était une forme de contra­cep­tion, et banni pour cette rai­son. Les contra­dic­tions pré­sentes dans l’ancienne société sont aujourd’hui exa­cer­bées, et ce sont les femmes qui paient le coût de cette exacerbation.

On parle d’éthique et de res­pect de la vie à des jeunes filles catas­tro­phées par une gros­sesse. En parle-t-on aux gar­çons qui sont au moins autant res­pon­sables ? Et pour­quoi pas ? » Un enfant ça se fait à deux » quand un couple s’en dis­pute la garde, mais plus quand une jeune fille est enceinte ? Pour­quoi la morale com­mune est-elle à géo­mé­trie si variable, sinon parce que l’intérêt de l’homme est tou­jours déci­sif, parce que c’est son choix qui règle non seule­ment sa conduite mais celle de toute la société, parce que la liberté des hommes conti­nue d’être plus grande que celle des femmes, et sur­tout, de s’exercer au détri­ment de celle des femmes ?

Il est donc nor­mal que les socié­tés qui com­binent, comme la France, pres­sions au coït et réten­tion sur la contra­cep­tion, » révo­lu­tion sexuelle » et inéga­lité des sexes, connaissent des forts taux d’avortement ET le condamnent. Tan­dis que les pays qui le per­mettent, dans des délais deux fois plus longs que les » auda­cieuses » 12 semaines pro­po­sées ici (Pays-Bas : 24 semaines), dans la même logique font de l’éducation sexuelle et contra­cep­tive et connaissent des taux d’avortement beau­coup plus bas. Prendre le pro­blème au moment où il débouche sur une crise : la gros­sesse non dési­rée, c’est igno­rer (ou vou­loir igno­rer ?)qu’une crise se pré­pare de longue date. Vingt-cinq ans après la loi, encore 220 000 avor­te­ments par an ! Le sous-entendu est que, déci­dé­ment, on ne peut pas faire confiance aux femmes. On leur donne un peu de mou et… hop ! elles en pro­fitent pour avor­ter. Comme si c’était une par­tie de plai­sir. Ce n’est pas une par­tie de plai­sir. Cela n’a pas à être non plus la tra­gé­die que l’on veut que l’avortement soit, qu’on fabrique avec un par­cours du com­bat­tant humi­liant et traumatisant.

Les adver­saires de l’avortement ont réussi : les femmes arrivent aux centres d’IVG por­teuses du dis­cours attendu, et — c’est le pire — sou­vent sin­cè­re­ment res­senti : pleines de remords et de culpa­bi­lité. Mais de culpa­bi­lité de quoi ? Ceux qui nous disent qu’il ne faut pas bana­li­ser l’avortement, que veulent-ils dire ? L’avortement est un crime ou il ne l’est pas. Certes, la vérité, sou­vent, n’est ni toute blanche ni toute noire. Mais elle ne peut pas être si grise qu’on nous le dit : même avec tout le souci des nuances qu’on vou­dra, il faut se décider.

La société fran­çaise ne veut pas se déci­der : c’est exprès qu’elle se main­tient, dans sa majo­rité, dans une atti­tude ambi­va­lente et ambi­guë : « Ce n’est pas un vrai crime, mais c’est un acte très grave « . Non, assez ! Si les femmes pou­vaient vrai­ment choi­sir leur sexua­lité — et choi­sir signi­fie : non seule­ment connaître les consé­quences de ce qu’on fait, non seule­ment pou­voir se pré­mu­nir, mais aussi pou­voir refu­ser de le faire, mais aussi avoir le choix d’autres acti­vi­tés aussi satis­fai­santes sur le plan per­son­nel et aussi valo­ri­sées socia­le­ment — il y aurait peu ou prou d’avortement, car les acti­vi­tés fécon­dantes seraient effec­tuées en connais­sance de cause et avec inten­tion, et non dans l’affolement, l’ignorance et la contrainte du groupe ou du par­te­naire (15 % des femmes ont subi des actes sexuels for­cés d’après les recherches de Bri­gitte Lhomond).

Mais ça, ce serait une société idéale et nous n’en sommes pas là ; nous en sommes à sau­ver nos vies mena­cées par des injonc­tions contra­dic­toires. Et tant que cette société idéale où tous-toutes les individu-es seraient libres de leur sexua­lité ne sera pas réa­li­sée, per­sonne n’a le droit d’interdire ni de condam­ner, ni même d’émettre des réserves sur la néces­sité vitale de l’avortement.

Quant à sa légi­ti­mité, dans cette société idéale, l’avortement serait rare, mais aussi légal que n’importe quelle autre opé­ra­tion, selon le prin­cipe du droit des gens à dis­po­ser de leur corps. C’est ce prin­cipe qui a ins­piré la déci­sion de la Cour Suprême des Etats-Unis de ne limi­ter la pos­si­bi­lité d’avortement qu’au moment de la via­bi­lité du foe­tus — au moment où il n’est plus un mor­ceau indis­so­ciable d’un autre corps qui se trouve être celui d’une per­sonne. Toute autre posi­tion doit rendre compte des rai­sons de refu­ser à la moi­tié de l’humanité ce droit impres­crip­tible, garanti par la décla­ra­tion uni­ver­selle des droits humains — de l’homme (sic) en France — de 1948.

*

Citation Delphy sur le réformisme

*

Christine Delphy Retrouver l’élan du féminisme

Ce contenu a été publié dans féminisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Comment nous en venons à avorter (nos vies sexuelles) par Christine Delphy

  1. Rototo dit :

    J’avais jamais lu de Christine Delphy. Effectivement, c’est vachement bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *