Nos Z’amis et noues … on vérifie l’hypothèse depuis 38 ans.

Quand les hommes fourrent leur tête chercheuse dans nos théories féministes ou dans nos vies,
c’est pour faire imploser les piliers de soutènement et mettre les femmes sous pilotage authommatique.

Les uns ont pour mission de terroriser les survivantes.
Ils pendent alors des féministes comme des sorcières,
en s’affolant autour de leurs cadavres laissés là en trophée,
et criant « ah mesdames, ne soyez surtout pas aussi méchantes / folles / imbaisables / grotesques / énervées / féministes qu’elles ! ».

Les autres, la dernière ligne, la ligne des « frères »,
ont pour mission de contrôler et détruire jusqu’à l’espoir.
Stratèges, ils minent le terrain.
Et miner le terrain signifie pendre les autres,
la dernière ligne, la ligne des féministes radicales
comme on hisse un drapeau blanc sur les ruines de sa victoire totale,
dans des opérations de blanchiment et de hold-up.
Ces « frères » alors les hissent comme un pantin sur leur montagne du Mérite Fraternel
.. …– car tout ce qu’ils font est grand et pour que le saccage se voit de loin –
ils retournent leur esprit en place publique,
éviscèrent leurs yeux immenses,
font mentir chacune de leurs fulgurances,
et peignent les mensonges virils sur leurs corps, laissés là en preuve qu’elles n’auraient pas dit mieux.

Les hommes profanent méthodiquement nos Lumières, et à la place, plantent comme une croix et un horizon, des fantômes, des ventriloques.

______

Virils de tous nos pays, Partez !

Emportez vos massacres et vos mascarades et Partez !

_________

** je reprends et image ici une idée de Christine Delphy, dans son introduction à Classer Dominer

Ce contenu a été publié dans féminisme, masculinité, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Nos Z’amis et noues … on vérifie l’hypothèse depuis 38 ans.

  1. Euterpe dit :

    Ah voilà qui me rappelle que je voulais faire un billet sur leurs momies, mausolées, sarcophages and Co, parce que non seulement ils prennent toute la place sur cette Terre vivants mais également morts !

    • binKa dit :

      oui ! c’est indispensable d’écrire pour dénoncer la réquisition virile de l’histoire et la profanation de nos mortes. Il n’y a pas de crime de masse sans l’anéantissement de la mémoire collective du groupe persécuté. Et leur livre d’Histoire sont la lente célébration de ce saccage.
      quand voues l’aurez écrit, envoyez noues le lien, merci
      b.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *